FORUM SUR LES SIGNES DES TEMPS

Envoyez votre contribution au Forum: contact

N’hésitez pas à réagir à mon livre, à l’image du premier commentaire de M.C.

Peut-on interpréter les crises que nous vivons comme des signes des temps, prémisses possibles à l’accouchement dans la douleur du « grand retournement » que j’appelle de mes vœux dans mon texte?

On peut regarder ici aussi l’interprétation, qui va dans ce sens, de Monseigneur Centene, l’évêque de Vannes, dans une intervention sur KTO en septembre 2020 : Lien KTO apéritif numérique 1/5 : l’Apocalypse.

  J’aimerais ainsi faire de ce site un lieu d’échange sur les signes des temps et le témoignage d’initiatives ou d’actions qui nous feraient entrer dans la Jérusalem Nouvelle.

Vous pouvez contribuer au Forum en écrivant dans Contact.

«  Texte dense et technique par moment,

Il introduit la notion de retournement nécessaire de manière très aiguë dans cette actualité de confinement mondial.

Le texte souligne l’importance de la figure du Christ, figure qui inspire l’attitude nécessaire de chaque humain pour entrer dans un processus de vie autre que des gestions de monde uniquement fondées sur l’économie et le profit. »

M.C

CONTRIBUTIONS AU FORUM:

Le grand retournement


Réponse à C. M.: Sommes-nous rentrés dans une courbe mortifère de la spirale de l’Histoire? – Gh L R

L’image de la spirale prévoit précisément que les tensions s’intensifient à chaque passage dans une nouvelle boucle entre les forces et événements positifs et négatifs.

L’espérance repose dans l’avènement de ce grand retournement où par un mimétisme généralisé vers la figure du Christ toutes les forces positives l’emporteraient sur les forces négative

On entrerait alors dans le temps du Renouveau correspondant à une « parousie plurielle ».

« L’image de l’Histoire comme une spirale évoquée dans mon livre «  le grand retournement »  est en phase avec cette idée d’un «  déchainement ultime du mal » avant cette période du Renouveau.

À chaque bras de la spirale la tension entre les forces du bien et du mal augmente; avant  l’avènement de la Parousie, autrement dit le retour du Christ. Il faut désormais attendre/ espérer une «  Parousie plurielle » ou chacun d’entre nous serait appelé à être impliqué dans la construction de ce temps de Paix fondé sur des sociétés justes.

Cela suppose un vaste mouvement mondial de conversion intérieure pour agir en agapè, tourné vers Dieu, le Christ et les Hommes.

La « Parousie plurielle »suppose ainsi que des hommes et des femmes se lèvent comme des étendards en s’inspirant du Christ tel l’apôtre Paul qui le voyait vivre en lui : en devenant des figures du Christ.

Dans ce temps décisif, ce temps du Renouveau, le choix par chacun de son camp, celui du Christ ou celui du mal se traduira par le « jugement » de chacun évoqué dans la Bible. 

« Celui qui n’est pas avec moi est contre moi  et celui qui n’assemble pas avec moi disperse »( Luc 11,14-23) »

Néanmoins nous pouvons également malheureusement entrer dans un temps de tempêtes où ce qui semble l’emporter ce sont les forces négatives.

Avec un passage dans un nouveau bras de la spirale fait de heurts de malheurs et de renoncements à la paix.

On peut ainsi « se projeter dans une nouvelle courbe de tensions « mortifères » comme semble le dessiner notre présent »

« Le Fils de l’homme trouvera-t-il la foi sur la terre? » – Réflexion sur le livre « Le grand retournement » par C.M.

C’est un livre aussi petit qu’ambitieux, et donc inévitablement rapide et dense sur des questions fondamentales. N’étant pas économiste de formation, un bon nombre de ses références me sont inconnues, même si elles traitent souvent de questions que je connais par un autre biais (notamment sur l’action, individuelle et collective). J’ai bien apprécié le souci de traiter ensemble de l’évolution de notre humanité d’un point de vue spirituel et d’un point de vue économique. Et je comprends que la perspective eschatologique est assez présente (…). Il me semble que tu te rallies, d’une certaine façon, aux pensées du Progrès, qui voient l’humanité avancer dans l’histoire vers une forme de vie quasiment « paradisiaque », même si le mouvement en spirale peut donner lieu à des crises et des tensions qui, à un moment précis, ne permettent pas de discerner un avenir radieux. Je ne suis pas sûr de te suivre sur ce point, ni pour l’analyse anthropologique, ni même pour la perspective théologique (on peut comprendre que le retour du Christ ne se fera pas au moment du succès final de l’humanité, mais à une époque beaucoup plus sombre – le Fils de l’homme trouvera-t-il la foi sur la terre? – qui demande l’espérance plus qu’un calcul optimiste). Mais je dois dire que cela fait réfléchir, et de toute façon il y a plein d’informations et de réflexions suggestives portant sur l’évolution de la spirale et sans préjuger du terme final.

Le format réduit permet de prendre connaissance rapidement et d’un seul tenant de ton propos, mais on se dit aussi qu’il s’agit d’un programme à développer.

C.M.


Appel à la prière d’Anastasis – Noël 2023

Bonsoir à toutes et à tous,

Nous nous apprêtons à célébrer Noël alors que le peuple palestinien meurt sous les bombes. Le Christ est né il y a deux mille ans à Bethléem en Palestine, au milieu de violences et de ténèbres. Que signifie qu’il y vienne encore aujourd’hui, alors qu’un massacre est en cours ?  

Il est de notre devoir d’écouter les voix palestiniennes, notamment les voix des chrétiens de Palestine qui sont nombreux à nous interpeller, nous, chrétiens d’Occident et à regretter que nos institutions et représentants ne s’engagent pas plus clairement pour la justice et pour le respect des droits du peuple palestinien. Nous vous proposons de prononcer une intention de prière dans vos églises et vos paroisses le jour de Noël en faveur de la justice et de la paix en Palestine. N’hésitez pas à la transmettre au maximum de monde autour de vous !

***

Intention de prière rédigée par des Palestiniens en exil et des membres d’Anastasis, à diffuser et à faire lire en paroisses le jour de Noël :

Seigneur, toi le petit enfant qui naît au milieu d’un massacre, nous te demandons d’apporter ton royaume de justice et de paix en Palestine.  

Nous te prions pour un cessez-le-feu immédiat et durable, pour la libération de tous les prisonniers et otages détenus, la fin de l’oppression du peuple palestinien, nié dans ses droits les plus élémentaires. 

Nous te prions pour les personnes vivant sur place : pour toutes celles qui sont dans la souffrance et le désespoir, pour toutes celles qui ont perdu des proches, pour toutes celles qui nourrissent des sentiments de haine et de vengeance. 

Nous te prions pour la conversion de nos cœurs ici en France. Donne-nous la force de ne pas nous faire complices, par nos silences ou par nos opinions, du jeu de ceux qui méprisent la justice et les droits humains. 

***

Cette intention de prière se double d’un texte que nous publions sur le sujet : https://collectif-anastasis.org/2023/12/21/noel-en-palestine-que-signifie-que-le-messie-vienne-aujourdhui-en-ce-monde/

Pour finir, nous vous transmettons notre texte de prise de position à l’égard de la loi immigration votée cette semaine au Parlement par la droite, l’extrême droite et le camp macroniste : https://collectif-anastasis.org/2023/12/19/la-loi-immigration-au-mepris-de-la-personne-humaine/

Nous vous souhaitons à toutes et à tous un joyeux Noël. Que l’espérance s’offre à nous et au monde dans cette période troublée et éprouvante à bien des égards. 

Fraternellement,

Le Collectif Anastasis


« Heureux en qui règne cette précieuse sagesse »

Homélie de Dom Jacques Guilmard – Moine à l’abbaye de Solesmes

dimanche 12 novembre 2023, 32e dim. A, Saint-Pierre
La Sagesse, telle qu’elle est décrite dans le livre qui porte son nom et dont une partie a
été lue à l’instant, est synonyme de bonheur et de joie, c’est comme un avant-goût de ce
qu’apporte le ciel.
La Sagesse éclaire, elle ne se fane pas. Elle se laisser aborder, par ceux qui l’aiment.
Ah ! aimons cette sagesse. Le don de Sagesse est le don qui sait savourer ce qui est divin
et qui a rapport avec Dieu.
Qu’on me permette de citer longuement Dom Guéranger, qui parle du don de Sagesse,
le dernier et le plus parfait des sept dons du Saint-Esprit. Il vient après le don de
l’Intelligence.
Voici ce qu’il écrit : Une faveur qu’a destinée le Saint-Esprit à l’âme qui lui est fidèle,
est le don de Sagesse, qui est supérieur au don de l’Intelligence, lui qui est compréhension
des choses divines. Le don de l’Intelligence montre l’objet divin ; le don de Sagesse fait
goûter et posséder cet objet divin. Les Psaumes demandent à l’homme de s’approcher de
Dieu ; ils lui recommandent la saveur du Souverain Bien qu’est Dieu. « Goûtez, disent-ils,
et expérimentez combien doux est le Seigneur ! » La préface de la Messe nous dit
quotidiennement : « Il est juste et bon de te rendre grâces. » L’Église, au jour de la
Pentecôte, demande à Dieu la faveur de goûter le bien, recta sapere, parce que l’union de
l’âme avec Dieu est plutôt l’expérimentation par le goût, qu’une vue qui ne peut pas
exister pas ici-bas. La lumière donnée par le don de l’Intelligence réjouit l’âme, et la
dirige vers la vérité ; mais elle tend à se compléter par le don de Sagesse qui est comme
son but et sa perfection.

lire la suite


« L’homme qui s’élève élève le monde »

Homélie de Dom Jacques Guilmard – Moine à l’abbaye de Solesmes

5 novembre 2023, 31e dimanche A, Sainte-Cécile
« Vous ne prenez pas à cœur de donner gloire à mon Nom ! » Nous ne prenons pas à
cœur de donner gloire au Nom de Dieu ! Voilà le grand crime de notre époque.
La crainte de Dieu a disparu. Dieu a disparu de l’univers de tant et tant de personnes, et
de tant et tant d’institutions. Et si Dieu quelquefois n’a pas disparu, il est le bon copain,
qui comprend et supporte toutes nos trahisons. La crainte de Dieu a disparu et avec elle,
se répand sans frein le rejet de toutes les manifestations sensibles de Dieu dans la société,
à commencer par l’image du Père.
Pourtant, la crainte de Dieu est le début de la sagesse, comme l’enseigne toute l’Écriture
Sainte. La sagesse, le don de sagesse, qui est la fruition, la dégustation de Dieu lui-même.
Le bonheur déjà sur terre. Il nous faut cultiver la crainte de Dieu, cet immense respect
rempli d’humilité qui n’exclut pas la confiance. La crainte filiale de Dieu, celle des
enfants. La crainte du Seigneur Jésus – comme homme – envers son Père : « Non pas ma
volonté, mais ta volonté » ; « Je ne fais rien sans mon Père » ; « Tout fils qu’il était, il
apprit l’obéissance (des esclaves) ».

lire la suite


« Souhaitez aux chrétiens le royaume de Dieu et sa Gloire »

Homélie de Dom Jacques Guilmard – Moine à l’abbaye de Solesmes –

10 septembre 2023, 23e dim. A

Ézéchiel nous rapporte que Dieu a fait de lui un guetteur. Un homme qui repère le danger.
Aujourd’hui, nous devons comprendre que le chrétien est un guetteur. Il repère le danger. Le
danger, c’est le péché. Il le fait pour toute la cité, comme un guetteur, dont le rôle est de préparer
la défense de tous. Savoir le danger pour réagir.
Mais ici, la parole de Dieu fait une application personnelle : le juste est solidaire du pécheur.

  • Il y a d’abord – et c’est cela qui est visé ici – le péché d’omission. On sait qu’untel est pécheur,
    et on ne lui dit pas. Parfois même, et c’est bien pire, on lui laisse croire qu’il est innocent.
    Or, on ne peut aimer Dieu, sans détester Satan.
    On ne peut aimer le vrai, sans haïr le mensonge.
    On ne peut aimer le bien, sans s’opposer au mal.
    Notre amour de Dieu, du vrai et du bien, fait de nous des témoins éloquents de Dieu, de la
    vérité et du bien, et des ennemis déclarés et actifs de Satan, du mensonge et du mal.
  • lire la suite

Le dernier message du collectif Anastasis envoyé à notre forum le 3 novembre 2023

Depuis le dernier mail de la mi-septembre, plusieurs nouveaux articles ont été publiés sur notre site, en lien avec une actualité souvent éprouvante. 1/ Une réponse aux discours critiques ayant visé le pape lors de sa venue à Marseille et sa défense des migrants :https://collectif-anastasis.org/2023/09/25/le-pape-francois-la-droite-et-la-culpabilite/2Une analyse des limites de l’encyclique Laudato Si dans sa dimension de critique de l’économie contemporaine : https://collectif-anastasis.org/2023/09/25/des-limites-de-laudato-si-et-de-sa-reception/3/ Une réflexion sur l’articulation entre la moralité et la rationalité dans notre action politique à Anastasis : https://collectif-anastasis.org/2023/10/01/les-cathos-de-gauche-et-les-bons-sentiments/4/Deux textes concernant la situation en Israël Palestine : « La justice des larmes » : https://collectif-anastasis.org/2023/10/12/la-justice-des-larmes/« Godo pris aux mots » : https://collectif-anastasis.org/2023/10/29/godo-pris-aux-mots/Sur ce dernier sujet, nous attirons votre attention sur les appels à la lucidité et à la justice lancés par de nombreuses personnalités/organisations chrétiennes palestiniennes : https://www.change.org/p/an-open-letter-from-palestinian-christians-to-western-church-leaders-and-theologiansSur le plan de l’action : nous relayons les appels au cessez-le-feu et à la recherche de la paix par la justice ; nous regrettons que le gouvernement français ait marqué son soutien à un gouvernement israélien vengeur, qui piétine le droit international depuis des années, et qu’il soit si timide dans ses appels au cessez-le-feu ; nous participons aux rassemblements du Collectif pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens (qui rassemble des dizaines d’organisations différentes). 

Le prochain rassemblement parisien aura lieu demain, samedi 4 novembre, à 15h, place de la RépubliqueNous y serons. Vous souhaitez nous y rejoindre ? Contactez-nous !Enfin, nous avons le plaisir de vous partager les enregistrements des conférences/tables-rondes/homélie du Festival des Poussières de cet été à Goshen : https://collectif-anastasis.org/podcasts/Dans un monde déchiré par les logiques de domination et de haine, relier la réflexion, l’action politique et la vie de prière individuelle et collective nous paraît être de plus en plus nécessaire. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre et nous vous en remercions !

Fraternellement,

Le Collectif Anastasis 

Comment nous suivre ? 

Le site : collectif-anastasis.org

Page Facebook : facebook.com/collectifanastasis

Compte Twitter : twitter.com/anastasis_coll


Un message du Collectif Anastasis. Lettre d’infos de rentrée du mardi 12 septembre 2023

Bonjour à toutes et à tous,

Nous espérons que votre été a été bon. 

De notre côté, nous sommes très heureux du Festival des poussières qui a rassemblé plus de 200 participants à Goshen, ferme de la Chaux. Nous vous relayons deux articles qui rendent compte à leur manière de ce festival composé à la fois de temps de réflexions, de temps festifs et de temps spirituels :

1/ https://www.la-croix.com/Religion/Au-Festival-poussieres-nouvelle-generation-chretienne-militante-face-lurgence-climatique-2023-08-28-1201280342

2/ https://www.lavie.fr/actualite/societe/le-festival-des-poussieres-veut-creer-un-pont-entre-les-chretiens-de-gauche-90143.php

En pièce jointe de ce mail, vous trouverez la prière des poussières qui a été au coeur de ces trois jours.

Depuis le dernier mail de juillet, plusieurs nouveaux articles ont été publiés sur notre site :

1/ Une réflexion critique autour de la notion de propriété : 

2/ Une prise de position sur l’interdiction des abayas par le gouvernement : 

3/ Une méditation sur la façon chrétienne d’appréhender le fait du suicide : 

4/ Une réflexion théologico-politique sur la question du mal : 

Enfin, nous partageons l’appel de camarades frères et soeurs marseillais à vivre un temps de prière pour la fraternité et la justice, le 23 septembre à 11h30, à l’occasion de la venue du pape François à Marseille. Il s’agit de faire résonner une exigence de justice, de paix et de fraternité, dans un contexte de violence sociale, de répression des personnes migrantes et de stigmatisation de nos concitoyens musulmans. Pour plus de renseignements : ypm@riseup.net / rpe51@protonmail.com.

Fraternellement,

Le Collectif Anastasis 

Comment nous suivre ? 

Le site : collectif-anastasis.org

Page Facebook : facebook.com/collectifanastasis

Compte Twitter : twitter.com/anastasis_coll


Une incise sur le film « Anatomie d’une chute » de la part de Noury:

Commentaire ou message A propos de Anatomie d’une chute:

Qui a remarqué cette fin « sidérante » où c’est le fils qui prend dans ses bras sa mère ? et qui a analysé cette image là ?


« La parousie est nécessairement plurielle » par un moine de l’Abbaye de Solesmes


 La parousie est la fin terrestre de l’Economie du salut, avant « le ciel nouveau et la terre nouvelle ».
 La parousie est nécessairement plurielle. En effet, puisqu’il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père,  il y a nécessairement diversité dans la manière d’arriver à cette maison.
 Mais, nous savons qu’il y aura un déchaînement ultime du mal, car le combat entre Dieu et Satan, qui dure depuis les origines, prendra une forme  plus aiguë dans sa phase décisive.
 Nous ne pouvons guère en parler davantage, car ce combat, d’une certaine manière, achève le combat de la Passion du Christ.
 Autant le procédé divin de la Croix nous était totalement étranger, autant le mode de déchaînement ultime ne peut nullement entrer dans notre imagination.
 L’opposition entre Dieu et Satan peut avoir des implications impersonnelles, mais celles-ci sont essentiellement une opposition entre le Verbe incarné et Satan.
    Satan n’est pas seul : il est accompagné des anges déchus et de Damnés.
    Le Christ n’est pas seul: Son Père et toute l’Eglise soulevée par l’ardeur de l’Esprit Saint.

 Mais l’apocalypse, dans toute sa transcendance, ne doit pas nous faire oublier l’étape suivante du jugement et du renouvellement de toute chose et de tous les hommes. Ensuite, c’est le Règne éternel et la plénitude divine.  

 Père Jacques-Marie Guilmard
 Solesmes, le 3 08 2023


Réponse sur le  retour du Christ et le «  déchaînement ultime du mal »: pour une « parousie plurielle » – Gh LR

L’image de l’Histoire comme une spirale évoquée dans mon livre «  le grand retournement »  est en phase avec cette idée d’un «  déchainement ultime du mal » avant cette période du Renouveau.

À chaque bras de la spirale la tension entre les forces du bien et du mal augmente; avant  l’avènement de la Parousie, autrement dit le retour du Christ. Il faut désormais attendre/ espérer une «  Parousie plurielle » ou chacun d’entre nous serait appelé à être impliqué dans la construction de ce temps de Paix fondé sur des sociétés justes.

Cela suppose un vaste mouvement mondial de conversion intérieure pour agir en agapè, tourné vers Dieu, le Christ et les Hommes.

La « Parousie plurielle »suppose ainsi que des hommes et des femmes se lèvent comme des étendards en s’inspirant du Christ tel l’apôtre Paul qui le voyait vivre en lui : en devenant des figures du Christ.

Dans ce temps décisif, ce temps du Renouveau, le choix par chacun de son camp, celui du Christ ou celui du mal se traduira par le « jugement » de chacun évoqué dans la Bible. 

« Celui qui n’est pas avec moi est contre moi  et celui qui n’assemble pas avec moi disperse »( Luc 11,14-23) 

Ghislain Le Ray 

Vincent Rombaut évoque le déchaînement du mal avant le retour du Christ

Merci à l’auteur pour ce livre inspirant sous différents aspects: l’évocation des grandeurs, parfois déroutante, l’invitation à l’espérance à travers la figure du Christ et de belles figures de l’humanité.
La lecture de la fin du « Grand Retournement » m’a renvoyé avec bonheur aux textes bibliques: ainsi ce que l’auteur appelle « intentionnalité des acteurs » m’évoque l’attitude de charité active et donc de conversion que décrit le Christ en Matthieu 25,31 à propos du Jugement dernier: « j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger… etc « . A juste titre me semble-t-il, Ghislain Le Ray évoque en lien avec l’Apocalypse le « combat spirituel » de ce temps du retournement, le monde ne pouvant faire l’économie des épreuves, du « déchaînement ultime du mal » (Catéchisme de l’Eglise Catholique n°675 à 677) avant le retour du Christ. Car cet avènement ne peut se confondre avec la réalisation purement humaine d’un rêve messianique , l’horizon c’est le jugement dernier, le face à face d’amour avec Dieu.
Vincent Rombaut


 


Message du Pasteur Olivier Putz – Eglise protestante unie de Rennes

Monsieur, je vous remercie de m’avoir fait part de votre réflexion sur l’importance de ‘réécrire le monde ». Paroles porteuses d’espérance, Paroles d’évangiles.

Fraternellement en Christ

Pasteur Putz – le 8 février 2023


Réactions au livre « Le grand retournement » par Christophe Ouedraogo

Après lecture du livre « Le grand retournement: la réécriture du monde », j’ai appris bien des choses en économie. Une première partie, pages 15 à 41, très concrète, donnant à comprendre les grands enjeux de notre présent et les acteurs d’une prise de conscience de la nécessité d’agir. Une deuxième partie pages 43 à 82, plus technique, synthétisant les théories économiques, sociologiques, historiques, renvoyant à l’idée que chacun peut se faire de l’urgence d’agir. Et enfin la dernière partie, pleine d’espérance !

Bien entendu, ça parle plus aux croyants mais aussi aux autres. Peut-on, en tant qu’animaux croyants s’empêcher de penser à un ordre Transcendant régissant le monde ? Quel que soit le nom qu’on lui donne…

Ouvrage instructif, dans tous les cas et plein de conviction. Bravo.

Christophe Ouedraogo, spécialiste en philosophie, le 24 février 2023


Commentaires sur le livre « Le grand retournement » par Dom Jacques-Marie Guilmard, Moine à l’abbaye Saint-Pierre de Solesme – 17 janvier 2023

Je dirai seulement ceci:

Les dernières pages, qui sont plus personnelles et qui ouvrent sur la possibilité d’un Grand Retournement, tranchent en bien avec ce qui précède et qui est marqué par le sociologisme américain.  La finale aurait donc pu être davantage développée, puisque c’est elle qui donne la perspective exacte de tout le livre.

         * *

L’existence chez l’homme de la liberté fait que son action se réfère nécessairement à une morale plus ou moins développée, plus ou moins mise en relief. La liberté humaine est toujours placée devant un bien (vrai ou faux, limité ou transcendant). Elle est donc sujette non pas seulement à la faute, mais au péché.

Qui en juge ? Qui rectifie ce qui est faux ou malsain ? Quel est le Rédempteur ? Le chrétien répond que c’est l’Agneau immolé.

L’acte volontaire a une importance majeure. Si Napoléon n’avait voulu faire telle et telle chose ; s’il n’avait pas fait telle et telle chose ?

On remonte comme en spirale de l’acte libre à la personne humaine. Qu’est-ce que la personne humaine ? D’où vient-elle ? Où va-t-elle ? Créée à l’image et la ressemblance du Christ.

Le Grand Retournement est moral, mais aussi personnaliste. Il se construit sur une métaphysique (ou sens plénier de l’être) et sur une transcendance (ou origine et fin du monde).

L’analyse de la société comporte une dimension morale, métaphysique… Notre monde est marqué par une anthropologie dont la forme judéo-helléno-latino-chrétienne est l’expression la plus achevée. Les autres civilisations ont une anthropologie déficiente ou embryonnaire, mais on ne peut évacuer l’aspect humain présent dans toute civilisation.

« L’intentionnalité des acteurs » ne doit pas devenir une réduction de l’importance de la raison et de la volonté dans l’agir humain.

Les penseurs américains ont parfois une vision déterministe (le réel ne sort pas de normes que j’énonce). Les penseurs français une vision rationaliste (je comprends le réel, donc je le domine). Pourtant le réel ne provient pas d’un débat, mais d’un combat.

Merci encore pour l’envoi de ton livre.

Amitiés, in Corde Mariae

Père Guilmard

17 01 2023


Message par celticbzh » 16 mai 2022, 16:09

Réflexions personnelles sur  »Le grand retournement » écrit par Ghislain Le Ray

L’époque actuelle semble être prête à un grand retournement.
Ce retournement se ferait par une montée en spirale vers celui-ci.
Mais une fois ce retournement advenu, retomberions-nous de nouveau dans un cycle en forme de spirale?

Face à cette spirale du temps, on peut y opposer la notion illusoire du temps développé par Philippe Guillemant ( ingénieur physicien français diplômé de l’Ecole Centrale Paris et de l’Institut de Physique du Globe) qui préfère parler de notion de chemin de vie.
Il relie les notions de passé, présent et futur qui ne formeraient qu’une.
Le passé (nos expériences vécues) existent car il influe sur notre présent et le futur existe déjà car il se base sur les déterminismes du présent que nous nous imposons comme une forme de conditionnement qui engendre une répétition de l’histoire.
On aborde le futur en projetant nos peurs qui deviennent dès lors quelque part auto-réalisatrices.
L’Homme serait condamné dans une mécanique cyclique comportementale…sans issue?
Cependant l’époque actuelle porte tous les qualificatifs propices à de grands bouleversements futurs , l’actualité médiatique s’en faisant l’écho (covid, guerre, démographie, religion…).
L’auteur dresse le constat que  »L’homo-économicus s’est éloigné de l’ordre naturel ».
Cette prise de conscience d’une meilleure maîtrise de sa destinée fait appel à la notion d »intentionnalité des acteurs » salutaire développée par l’auteur.
Dès lors ce nouveau champ des possibles est envisageable grâce à un nouveau contrat.
Un nouveau contrat politique de l’échange (L. Boltanski) peut être une alternative à la guerre (militaire, économique, écologique…) et si mené au bout, à un grand retournement.
Mais un grand retournement de cette ampleur est bien difficile à définir dans nos sociétés si fracturées.
De plus, le mouvement de la spirale dans lequel nous sommes, développe une force centrifuge, tel un vortex, d’une puissante inertie sur nos comportements.
C’est notre inertie qui engendre notre pauvreté présente et future.
C’est là que l’auteur fait intervenir cette  »intentionnalité des acteurs ».
Et curieusement, cette (r)évolution suit le même schéma que par le passé : des acteurs innovants puisent dans les éléments existants pour mieux s’en affranchir.
Ces acteurs vivent déjà dans le futur par leurs intentions à changer le monde : »la survie des acteurs comme moteur de changements ».
Toute aspiration au changement appelle un retournement.
Pour l’économiste jésuite Gael Giraud,  »les hommes ont su par le passé réagir face à des risques de grandes ampleurs » citant des exemples de catastrophes naturelles.
Mais qu’en est-il de celles créées par l’homme contre l’homme?
Les leçons de l’histoire ont-elles été assimilées?
Dans sa dernière partie, l’auteur invoque  »le temps du renouveau » qui ne pourra advenir qu’à travers  »l’apocalypse »,  »le dévoilement ».
Cette  »apocalypse » doit être entendu comme une révélation qui doit d’abord naître en chacun de nous.


Par H de la riventosa » 20 août 2021, 07:06

Voici un texte aux frontières du social et de l’économie. L’auteur, dont la foi n’est plus à démontrer s’inscrit dans un courant de pensée prometteur. Le texte fait naître une réflexion profonde sur notre société et souligné l’importance d’un renouveau humaniste.
A lire sans modération.


Par EML » 22 juil. 2021, 13:00

Bonjour,
oui le texte est dense. L’essentiel étant l’attente du « réenchantement du monde ». EML


Par MC! » 17 juil. 2021, 20:05

Texte dense et technique par moment, il introduit la notion de retournement nécessaire de manière très aiguë dans cette actualité de confinement mondial.
Le texte souligne l’importance de la figure du Christ, figure qui inspire l’attitude nécessaire de chaque humain pour entrer dans un processus de vie autre que des gestions du monde uniquement fondées sur l’économie et le profit. M.C